Thaïlande : Bangkok et Ayutthaya

· Thaï ta route ·

En mars 2018, nous avons découvert la Thaïlande, plus particulièrement les régions de Bangkok, Chiang Mai et Krabi. Dans cette première partie de notre carnet de voyage, on vous explique que faire à Bangkok, temple mondial de la street food, qui regorge aussi de nombreux lieux spirituels et historiques.

Jour 1 : les temples de Bangkok

Wat the fuck!

Pour cette première journée à Bangkok, cap sur les temples les plus fréquentés de la ville, qui se trouvent à une vingtaine de minutes à pied de notre hôtel. Il fait chaud, très chaud, trop chaud pour porter les pantalons et t-shirts longs requis lors des visites spirituelles. Le premier temple, le Wat Phra Kaew, est envahi par la foule. Des dizaines de groupes (principalement des touristes chinois) s’entassent dans les petits recoins de ces scintillants monuments. Sur les murailles intérieures, on trouve des peintures dorées souvent ignorées par les visiteurs. Malheureusement, le bòht qui renferme le Bouddha d’Émeraude était fermé lors de notre visite, ainsi que le Grand Palais, joli d’extérieur quand même. Un peu dommage étant donné qu’il s’agit de l’entrée la plus chère (500 bahts).


On file ensuite, en bateau, au Wat Arun (50 bahts). Ce n’était pas prévu, mais la navette fluviale nous déposait devant pour nous rendre au Wat Pho. Il aurait été dommage de passer à côté de ces jolis édifices recouverts de morceaux de porcelaine chinoise ! Le Wat Pho reste le plus impressionnant de tous avec son grand jardin et son Bouddha doré géant allongé au beau milieu de la pièce. Des bouddhas dorés, il y en a également partout autour du temple. Le parc est assez agréable à visiter, mais pensez à récupérer votre bouteille d’eau offerte, vous en aurez besoin.


On s’arrête ensuite dans un petit restaurant climatisé, le Baan Thatien, où l’on s’enfile un curry et un pad thaï après un petit quiproquo sur la notion de « plat végétarien ». La journée se poursuit à pied le long du canal Rop Kung. On se perd volontairement dans les petites rues pour tomber sur le très joli marché aux fleurs, aux légumes et piments (le Pak Khlong), puis on parcourt les boutiques qui le bordent au nord. En remontant vers notre hôtel, on découvre d’autres petits canaux où l’on côtoie tantôt de jolies demeures fleuries, tantôt des habitants qui font la cuisine ou la vaisselle dans l’allée. Loin des touristes, Bangkok est encore plus authentique.


Au détour des petites rues du quartier, on tombe sur le Fox Hole, un café arty-hipster super agréable où l’on découvre le thaï tea latte et le matcha coco latte. Le thaï tea latte restera notre boisson favorite du voyage, à tel point que nous en avons rapporté en France !

Cette longue balade se termine par la visite d’un dernier temple, le Wat Suthat, complètement ignoré des touristes. Le bâtiment principal est en rénovation, mais le boht au Sud est encore utilisé pour la prière. Des moines étaient en train de chanter et de se recueillir à notre arrivée. Le retour à l’hôtel nous fait passer par Khao San Road, ancien repaire de hippies devenu un vaste fourre-tout pour les backpackers du monde entier. Mis à part les jolies enseignes des magasins et le coucher du soleil, la rue n’a rien de très excitant. On rejoint finalement notre hôtel pour profiter de la petite piscine cosy qui trône sur le toit et manger un pad thaï à 50 bahts dans la rue.


Le soir, on s’aventure vers Chinatown où la vie commence vraiment à partir de 19h. Les trottoirs sont envahis par les restaurants de rue appréciés par les amateurs de fruits de mer. Pour éviter les surprises on privilégiera le Nai Ek Roll Noodle, où l’on mange devant les cuisines et où les soupes de nouilles sont préparées en 3 minutes chrono. Céline se laisse tenter par un dessert local, des châtaignes d’eau au lait de coco, dans un petit stand de rue visiblement très courtisé par les locaux.

Tip : Utilisez l’application Grab pour vous déplacer en taxi en Thaïlande. Les prix sont très attractifs et vous évitent de longues heures de marche !

Jour 2 : Chatuchak, Siam Center et Baan Khrua

Des centres chics aux quartiers populaires

Si Bangkok est réputée pour ses marchés, le plus emblématique de tous est peut-être celui de Chatuchak, au Nord de la ville. Notre logement étant loin des métros, on commande un taxi — merci à l’appli Grab qui nous a sauvé la mise plusieurs fois. Chatuchak est un immense marché ouvert, avec quelques parties couvertes pour se protéger du soleil quand la chaleur devient insoutenable. On y trouve de tout pour une poignée de bahts : des fringues, des meubles, de la déco, de la nourriture et même des animaux. Cette partie du marché est peut-être la moins agréable : les chats, chiens, tortues et coqs en cage sont stockés dans des conditions assez discutables. On s’est quand même amusés à passer dans des allées où, à l’abri des regards, des thaïs parient sur des combats… de poissons. Mention spéciale à l’une des zones les plus hipster, où les petites marques de fringues japonaises, les jus de mangue et cafés méritent le détour. Cherchez le Liebe Café tout au sud du marché : vous y êtes !


Ne manquez pas au même endroit le JJ Green, ouvert du mercredi au dimanche, les soirs uniquement. Outre les nombreux vendeurs, on y trouve des dizaines de stands de nourriture et de bars parfaits pour boire une bière fraîche en profitant d’un concert avec vue sur la foule et les stands illuminés.


Le métro nous conduit ensuite jusqu’à la station Ari, un super quartier où s’entassent les boutiques et restaurants japonais et coréens. On s’arrête manger au Lay Lao, un restaurant thaï qui, on le découvre, est recommandé par le guide Michelin. Mais ce que nous cherchions avant tout, c’est la clim ! On commande une grande Leo Beer (car s’hydrater, c’est important), une soupe tom yam aux crevettes (un délice), une salade som tam à la papaye et aux crevettes accompagnée d’une sauce sucrée et pimentée (une tuerie). Bastien croque par erreur dans un piment vert, 30 minutes de souffrance plus tard, on est prêts à repartir. On aurait aimé s’arrêter boire une bière craft au Casa Lapin, mais l’alcool n’y est proposé qu’à partir de 17h. Dommage car le lieu a l’air super. Testez-le pour nous !


On rejoint ensuite le centre ville pour se rafraîchir dans les centres commerciaux (Siam Center, Siam Discovery et MKB Center, moins rutilant). On en profite pour utiliser quelques points de l’app Grab et récupérer deux thés glacés offerts au pop-up bar installé ce week-end. Une fois prêts à affronter les 33ºC à l’extérieur, on part à l’aventure de l’autre côté de la rive, dans le quartier de Ban Khrua, probablement l’un des quartiers les plus pauvres de la ville au bord du canal. Là bas, les habitants font leur vie, font à manger, vendent des babioles, des p’tites choses, et cohabitent avec des dizaines de chats sauvages. C’est superbe au coucher du soleil, et même si tous les habitants nous saluent avec le sourire, on ne peut s’empêcher de voir qu’ils vivent dans des conditions difficiles. Le retour à la maison se fera en ferry, l’un des moyens des plus chouettes de traverser la ville.


Après un rapide passage obligé par la piscine, on savoure quelques bières artisanales à BaanBangkok, où les propriétaires proposent une quinzaine de bières pression du monde entier. Nous aurions pu boire une Duchesse de Bourgogne, mais nous avons opté pour une sélection plus locale de micro-brasseries de Bangkok (une bière à la passion et une bière bleue au butterfly pea, une fleur bleue très utilisée ici). Un endroit parfait pour les amateurs ! On s’enfile finalement un pad thaï dans la rue et un roti (crêpe) choco-banane préparée sous nos yeux. On pourrait en engloutir des dizaines mais il est temps de se coucher.

Tips : Pour traverser la ville en bateau, optez bien pour les ferrys locaux et non les bateaux touristiques.

Jour 3 : Silom et le Parc Lumphini

Une place à l’ombre

Après deux jours de marche dans la ville, on décide un peu arbitrairement de ralentir le rythme pour se mettre plus souvent au frais avec une session shopping et parc. On commence la journée au Coco Chaophraya, l’un des seuls cafés du quartier ouverts le dimanche, très cosy ! Ce n’est pas la première fois que l’on voit des cheesecakes à la carte d’un café, mais celui-ci était idéal pour accompagner nos lattes (café et matcha). Pour rejoindre le quartier de Silom, on emprunte le ferry local jusqu’au terminus de Sathorn Pier (en évitant soigneusement tous les autres bateaux touristiques sournoisement installés sur le même quai). 20 bahts le voyage. Le quartier de Silom mélange palaces pour touristes fortunés et ruelles plus rustiques. De nombreux stands de street food fréquentés par des thaïs remplissent les trottoirs. Sur notre chemin on découvre également le Sri Mahamariamman, un temple indien coloré où plusieurs fidèles sont en train de faire des offrandes (et des selfies). En face, une petite dame prépare ce qui semble être des boules d’œuf à la coco cuites à la façon d’une gaufre. On découvrira plus tard que cela porte un nom : les khanon krok.


Nous prenons ensuite la direction du Parc Lumphini, à la recherche d’un endroit sympa où manger au frais. Le quartier n’étant pas vraiment adapté aux piétons et plutôt réservé aux banques et hôtels d’affaires, on se rabattra sur le food court du grand centre commercial du quartier, pour engloutir une soupe tom yam et une salade de papaye. Classique mais efficace. Un peu plus loin commence le fameux Parc Lumphini, où des varans peuvent à tout moment sortir de l’eau pour égayer notre sieste à l’ombre, par 36°C. La ville tente de se débarrasser de ces reptiles depuis plusieurs années mais en laisse quelques-uns pour satisfaire la curiosité des touristes.


On décide de remonter l’avenue Ratchadamri pour voir le temple Erawan. On se retrouve au milieu des centres commerciaux de Siam : tout a été détruit et le temple, très fréquenté, ne tient plus que par son histoire et son caractère mystique. On enchaîne les centres, tous reliés par des passerelles, jusqu’au Central World Plaza où est installé pour le week-end un grand et très agréable marché street food extérieur, un peu plus contemporain que les échoppes croisées partout ailleurs à Bangkok.

Jour 4 : Ayutthaya

Les aventuriers de la cité perdue

Pour notre dernier jour à Bangkok, on décide de sortir de l’effervescence de la ville pour découvrir Ayutthaya, un site historique et spirituel classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, à 80 kilomètres au Nord de la capitale. Plusieurs solutions permettent de rejoindre cette destination, on se rabat finalement sur le train en classe 3, recommandé par tous les routards pour vivre la vraie Thaïlande. Pas de climatisation, des sièges rustiques et une heure de retard sur un trajet d’1h30, voilà ce que cachaient donc les tickets à 15 bahts (42 centimes). Pour l’anecdote, on s’est offert un surclassement en 2e classe au retour pour profiter du grand luxe des sièges moelleux attitrés !


La ville étant assez étendue, on décide de louer des vélos (50 bahts) juste avant le bateau qui permet de traverser la rivière. On vous recommande d’en faire de même pour éviter de marcher trop longtemps, surtout si le soleil tape fort. Cette ancienne capitale regorge de ruines, car la ville a été pillée par l’armée birmane en 1767. À ne pas manquer sur place :

  • Le Wat Mahathat : à côté de ce temple partiellement détruit se trouve une tête de bouddha en grès coincée dans les racines d’un arbre. Surprenant !
  • Le Wat Ratchaburana : superbe temple, il est possible de monter dans le prang puis descendre dans la crypte pour être entouré de chauve-souris. Attention, la descente est étroite.
  • Le Wat Phra Si Sanphet : une succession de 3 prangs, le temple le plus photogénique d’Ayutthaya. Il contenait un bouddha d’or de 16 mètres de haut que les birmans ont fait fondre lors de leur siège.
  • Le Wat Phra Mondkhon Bophit : juste à côté du Wat Phra Si Samphet, ce sanctuaire contient un immense bouddha en bronze de 12 mètres de haut.
  • Le Wat Phra Ram : un peu moins fréquenté car plus petit, on se croirait dans Indiana Jones !


Pour grignoter dans le centre, on recommande chaudement le Malakor Kitchen and Café, qui propose un délicieux ananas farci aux riz et crevettes ! Pour une pause au frais après toutes les visites, le Say Cafe and Gallery est un bon plan car il est climatisé. Prenez-y un thaï tea glacé.


La suite se passe dans la région de Chiang Mai, rendez-vous dans le prochain article…

Laisser un commentaire

Articles liés