Road trip en Islande #4 : Skaftafell, Vík et les îles Vestmann

· On dirait le Sud ·

Le tour de l'île touche bientôt à sa fin. Après avoir exploré l'Est de l'Islande, nous nous dirigeons vers Reykjavik par le Sud, via le parc national, les plages de sable noir et les îles aux macareux.

Le Parc Skaftafell

Randonnée en terre inconnue

Après notre découverte de l’immense Jökulsárlón, un petit détour par l’église au toit de tourbe de Hof et un arrêt photo pour admirer les milliers de lupins sur le bord de la route 1, on entame une randonnée au milieu du parc Skaftafell, dont les aménagements sont particulièrement bien pensés pour les touristes, du balisage aux parkings du Visitor Center.

Cette balade contient plusieurs points d’intérêt, à commencer, à 2 kilomètres, par la superbe cascade Svartifoss, surplombée d’orgues basaltiques (sur)naturels. Un petit pont permet de traverser et de la photographier sous tous les angles possibles et imaginables. Sur le chemin, on croise également de petites fermes islandaises traditionnelles aux toits de tourbe. D’ici, on aperçoit les glaciers, mais aussi, de l’autre côté, le début d’une tempête de sable, assez courantes en juin. Plusieurs randonneurs entament également des randonnées d’un ou deux jours en altitude. Moins téméraires, nous nous dirigeons vers notre auberge du jour, la Klausturhof Guesthouse, que nous aurons du mal à vous recommander. Outre la chambre assez sommaire, le personnel ne nous autorisera pas à manger notre pique-nique dans la salle de restauration pourtant vide… On grignotera donc nos sandwiches dans la chambre sur le lit devant un épisode de Trapped.

Le lendemain matin, nous roulons sagement sur la route circulaire en direction des légendaires plages de sable noir. Mais avant de découvrir ce spectacle emblématique du Sud de l’Islande, nous faisons un stop à Dverghamrar, littéralement « les falaises du nain ». Ces rochers sculptés en dizaines de petites colonnes sont le résultat du retrait de la mer et de l’érosion survenue depuis la dernière période glaciaire. Ce n’est pas comparable au spectacle qu’offre Svartifoss mais les prairies et la petite cascade au loin confèrent à l’endroit un petit côté Seigneur des Anneaux amusant.

Plus loin, on s’éloigne légèrement de la route 1 pour découvrir le canyon Fjadrargljufur, sur lequel il est possible de faire une belle balade à l’abri des voitures. D’en haut, la vue sur les gorges attire de nombreux photographes et même des amateurs de drone, quelques plate-formes permettant d’avoir une vue dégagée sur le canyon accidenté. Malgré le temps grisâtre, l’endroit est splendide et mérite bien les petites secousses nécessaires pour accéder au site en voiture.

Vík

« C’est la plage noire ? »

Symbole du Sud de l’Islande, les plages de sable noir de Vík sont également un lieu important pour tous les fans de Game of Thrones, où ont été tournées certaines scènes de la série. Malheureusement, alors que nous devions y voir de nombreux macareux, impossible d’en croiser un seul. On se contente donc du spectacle atypique qu’offrent ces plages noires, les pitons rocheux dans la mer et l’étonnante caverne de basalte.

Un peu plus loin, en empruntant la route 221 qui s’échappe de la route 1, nous faisons un stop au dernier glacier de notre voyage, le Sólheimajökull, où sont organisées des expéditions à l’intérieur de la calotte. Après un joli coup d’œil, on fait une pause goûter au sympathique café du parking.

Skógafoss, Seljalandsfoss

Des cascades en cascade

Sur le chemin d’Hvolsvöllur où se trouve notre auberge du jour, on enchaîne les cascades ! La première, Skógafoss, est la plus impressionnante (et la plus touristique) de toutes ! À son pied, on se fait régulièrement arroser, ce qui permet de mesurer la puissance de la chute. Quand elle est au soleil, on peut même apercevoir un bel arc-en-ciel. Plus loin, en empruntant la route 249, plusieurs cascades se succèdent encore. La plus intéressante reste sans aucun doute Seljalandsfoss, et pour cause, il est possible de passer derrière au prix d’une petite douche. Impossible en revanche d’accéder à Gljúfrafoss, cachée au bout d’une route F réservée aux véhicules 4×4. Notre hôte Airbnb nous recommande enfin de nous diriger vers une dernière cascade en escaliers à l’abris des circuits touristiques. C’est cadeau : passez voir Gluggafoss sur la route 261, mais évitez à tout prix d’emprunter la route 250 si vous avez un simple véhicule de tourisme comme nous…

Les îles Vestmann

À la recherche des macareux

Absents des plages de sable noir, nous comptions sur une escale d’une demi-journée sur les îles Vestmann pour apercevoir les oiseaux emblématiques de l’Islande en cette période de reproduction plutôt favorable. Le trajet en ferry dure 30 minutes depuis Landeyjahöfn et contourne les falaises et les impressionnantes formations rocheuses.

Malheureusement, le temps est maussade, c’est d’ailleurs la pire météo que nous avons connue depuis le début du voyage. Résultat : du brouillard, de la pluie, aucun macareux et des balades écourtées faute de visibilité. Nous avons quand même arpenté les deux volcans, l’Helgafell et l’Eldfell, qui a la particularité d’être recouvert de roches rouges. L’Eldfell est un volcan récent et encore actif, il est né en 1973 au cours d’une éruption qui a détruit une partie de l’île. Si le temps le permet, vous aurez un joli panorama sur le cratère et la ville en contrebas.

Malgré la pluie battante, on décide de se diriger vers les falaises, près du golf, où sont censés s’attrouper les macareux qui résident sur l’île. Nous croisons d’autres voyageurs qui espèrent aussi admirer ces amusants puffins, mais tout le monde rentrera bredouille, un peu triste aussi. Avec l’impression d’avoir perdu notre journée, nous nous réfugions au Café Tanginn pour sécher nos larmes, nos vêtements et nous réchauffer avec un thé en attendant le ferry qui nous ramènera sur la terre ferme.

Sur la route qui nous porte vers la capitale, Reykjavik, on s’arrête boire quelques bières Viking accompagnées d’une pizza hawaïenne (controversée depuis les propos du président islandais qui voulait la bannir de l’île) et d’un fish and chips chez Tryggvaskáli. Le restaurant est original : il est situé à Selfoss dans une petite maison à étage typique et décoré comme une maison de pêcheur. Une fois le ventre plein, nous rejoignons notre ultime Airbnb, tandis que Foo Fighters enflamme le Secret Solstice Festival à quelques kilomètres de là. Parfait pour trouver le sommeil !

Laisser un commentaire

Articles liés